Contenu

[ Université Grenoble Alpes ]

LITT&ARTS LITT&ARTS

Accueil > Événements > Soutenances


  • Version PDF

Soutenance de thèse de Elsa Pascuito

Recherche

Université Stendhal

Université Stendhal

Soutenance
le 24 novembre 2012
13h30

La production sociale de la vertu par le simulacre dans la littérature française du XVIIIe siècle.

Cette thèse étudie un corpus de textes du XVIIIe siècle qui présentent « la vertu » comme résultant d'une production inhérente au monde humain nécessitant le détour par la production d'un « simulacre », et non d'un rapport à une transcendance divine. Ce corpus regroupe des textes apparemment hétéroclites, rédigés ou publiés entre 1745 et 1810. Nous étudierons en guise d'avant-propos l'Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746) de Luc de Clapiers, Marquis de Vauvenargues, puis une œuvre mineure La poupée (1747) de Jean Galli de Bibiena, ensuite différentes œuvres de Denis Diderot allant des commentaires sur l'Essai sur le Mérite et la Vertu du philosophe anglais Shaftesbury (1745) à l'Essai sur les règnes de Claude et de Néron (1779), des textes de Jean-Jacques Rousseau allant des Discours (1750) à l'Emile (1762), et enfin le Manuscrit trouvé à Saragosse (1810) de Jean Potocki. L'unité de ces textes, qui se situent à la frontière entre romans et traités philosophiques, vient de la mise au premier plan de la production artificielle d'une apparence (un « simulacre »), a priori trompeuse, qui s'avère néanmoins indispensable pour moraliser le monde humain. Derrière le discrédit général porté sur les « apparences », les « illusions », les « vaines représentations » ou les « mensonges », tout un pan de la pensée et de la littérature du XVIIIe siècle s'inscrivant dans le courant des Lumières radicales a valorisé le simulacre. Celui-ci apparaît comme apportant une contribution essentielle à la production sociale de la vertu. Plus qu'un simple faux semblant, il s'inscrit dans une compréhension de la réalité des apparences afin que nous prenions conscience des illusions qui nous entourent et de leur puissance propre. Cependant, il conduit aux modes de conditionnement qui aliènent notre liberté.

Le jury sera composé de :
Yves Citton (Directeur de thèse), Colas Duflos (université de Picardie Amiens), Laurent Bove (université de Picardie Amiens), Anne Defrance (université Montaigne Bordeaux 3), Dominique Triaire (université Paul Valéry Montpellier 3).

►Consultez la liste des thèses depuis 2010

Mis à jour le 1 juin 2016

  • Version PDF

Directeur de thèse

Yves Citton

Infos +

Lieu : 
Salle des actes
Université Stendhal

Rechercher

Une actualité

Litt&Arts - Université Grenoble Alpes
CS 40700 - 38058 Grenoble cedex 9