Contenu

[ Université Grenoble Alpes ]

LITT&ARTS LITT&ARTS

Accueil > Événements > Toute l'actualité > Archives


  • Version PDF

Le miroir, entre imaginaire, sciences et spiritualité

Recherche

Le miroir, entre imaginaire, sciences et spiritualité

Le miroir, entre imaginaire, sciences et spiritualité

Colloque
du 12 au 13 mars 2012

Organisé par le Centre de recherche sur l'imaginaire (CRI), ce colloque se veut une étude pluridisciplinaire sur l’imaginaire du miroir. L'objectif scientifique consiste à explorer, à travers la question du miroir, le lien triangulaire qui unit connaissance, imaginaire et miroir (objet ou symbole).

Nombreux sont les vocables qui relient miroir et stratégie cérébrale ou mentale, faisant du miroir une interface de la connaissance. (Spéculation ; considération ; réflexion, miroir, mirage, illusion). On y rencontre les notions voisines de « reflet », « réflexion », « réverbération », « réfraction », « écho », « mimésis », « irradiation », « traduction », de cerveau analogique. Réfléchir, c’est autant renvoyer une lumière, une chaleur qu’un son.

1 - L’étude du miroir (avec ses figures mythiques) devrait permettre une nouvelle compréhension du fait littéraire et artistique. Les miroirs sont autant de « mises en abyme » et de dédoublements suggestifs de la réalité créatrice. Figure littéraire ou picturale par excellence, les miroirs sont autant de dédoublements suggestifs de la réalité créatrice. Conscience de l’altérité (je est un autre), problématique du double, ancrage fantastique du miroir, vertige d’une épiphanie du corps, telles sont les variations littéraires et esthétiques d’une poétique du miroir.

2 - Si le miroir demeure l’instrument de Psyché dans la psychanalyse, qui a mis l’accent sur le côté ténébreux de l’âme, il joue aussi un rôle symbolique dans l’espace social. Il est en effet l’image que les sociétés se donnent à elles-mêmes, à travers l’ensemble des médiations qu’elles utilisent pour se connaître, en pratiquant ce que l’on pourrait nommer une « écriture en miroir ».

3 - En tant que surface réfléchissante, le miroir est aussi un support symbolique dans l’ordre de la cognition. Le miroir et le cerveau sont comme des « matrices de l’esprit ». On connaît le cerveau à travers ses reflets “en miroir” ou ses « neurones-miroir », vecteurs de l’empathie. Le fonctionnement du cerveau est un des lieux possibles de la compréhension de l’humain : l’analogie est la voie royale de la compréhension des opérations mentales relatives à la fonction imaginante.

4 - Si, dans la sphère des sciences humaines, tout paraît pouvoir être (inter)médiation, dans un espace interactif, la question du miroir, qui fait intervenir un obstacle (le miroir) entre deux instances, interroge l’antithèse de cette approche : le réel, dans certaines conditions, ne peut-il s’avérer être présence, immédiation, transparence ? En effet, lorsqu’on accède à la dimension théologique et philosophique du sujet, le Miroir de la Connaissance semble être le reflet immédiat (“l’image” présentielle) de l’Intelligence créatrice. Le miroir est ici instrument de l’illumination. Il est, entre autres, un thème privilégié de la philosophie et de la mystique musulmanes, inspirées du néoplatonisme.

Telles seront les quatre voies qu’explorera notre colloque : l’imaginaire du miroir comme médiation dans les lettres et les sciences humaines, le miroir comme espace de la connaissance de soi et de l’autre, le miroir comme non-lieu de la quête spirituelle ou comme symbole de la connaissance scientifique.

Mis à jour le 16 juillet 2015

  • Version PDF

Contact

Secrétariat
Julie Ridard

Consultez la page web du CRI

Télécharger

Infos +

Lieu : 
Salle Panel (3e étage)
IUT 2
2 place Doyen Gosse
38000 Grenoble

Responsable de l'événement : 
Litt&Arts - Université Grenoble Alpes
CS 40700 - 38058 Grenoble cedex 9