Contenu

[ Université Grenoble Alpes ]

LITT&ARTS LITT&ARTS

Accueil > Événements > Toute l'actualité > Archives


  • Version PDF

Appel à contributions – L’hybridité : pratiques et perspectives

Recherche

AAC_visuel-megaphone-540.jpg

AAC_visuel-megaphone-540.jpg

Appel à propositions
le 21 février 2020

Date limite d’envoi : 21 février 2020

Pour la cinquième année consécutive, les doctorant·e·s de l'UMR Litt&Arts organisent leurs journées doctorales les 15 et 16 avril 2020, avec comme nouvel axe de recherche : “L’hybridité : pratiques et perspectives”.

La notion d’hybridité et son emploi dans la recherche en littérature et en arts ne cessent d’interroger, comme le soulignent les séminaires, journées d’études ou revues qui lui ont été consacrés ces dix dernières années. Issu du domaine de la biologie, le terme « hybride » signifie initialement, selon le Petit Robert, ce qui « provient du croisement de variétés, de races, d’espèces différentes ». Venant du latin hybrida, qui signifie « bâtard, de sang mêlé », le mot évoque l’impureté, voire le monstrueux. Par extension, « hybride » désigne communément ce qui est « composé de deux éléments de nature différente anormalement réunis » et ce qui « participe de deux ou plusieurs ensembles, genres, styles ». Si la notion d’hybridation se concentre sur le processus en lui-même, le terme d’hybridité nous invite, lui, à considérer également le résultat de ce croisement.

On le voit, le terme d’hybridité est étymologiquement lié à la transgression de la norme, à ce qui s’écarte de l’ordre naturel. Mais il peut aussi facilement recouvrir une signification plus vague de « mélange », au même titre que d’autres notions fréquemment employées dans la recherche en littérature et en arts, telles que celles d’hétérogénéité, de disparate ou encore de métissage. Il s’agirait donc de réfléchir à la pertinence et à la valeur heuristique de l’emploi de cette notion d’hybridité, issue des sciences, dans les domaines littéraires et artistiques. Cela permettrait à la fois d’en préciser les significations, dans la recherche comme dans la pratique, d’en déplier les présupposés et les implications, tant sur le plan scientifique et artistique que philosophique et politique, et d’en étudier enfin les formes d’expression, en arts et dans la littérature.

Les communications pourront s’orienter autour de trois axes :
— La recherche en littérature et en arts : pratiques de l’hybridité
— Formes et poétique de l’hybridité dans la création littéraire et artistique
— Les implications politiques du concept d’hybridité

On le voit, ces trois axes ouvrent un champ de réflexion très large. Il ne s’agit pas tant de proposer des perspectives inédites que de faire un nouvel état de la recherche sur ces questions, trois ans après la dernière grande journée d’études consacrée à cette problématique. Surtout, il nous semble intéressant, en tant que laboratoire de doctorant·e·s, de proposer aux jeunes chercheur·se·s en littérature et en arts de réfléchir à leur propre objet de recherche sous l’angle spécifique de l’hybridité, afin de mesurer les apports, les décalages, et les nouvelles perspectives ouvertes par une telle démarche. Si nos exemples sont pris dans un corpus contemporain, nous acceptons bien entendu les interventions portant sur des œuvres plus anciennes, et en dehors du champ francophone.

Nous accueillons des communications traditionnelles de 20 minutes mais nous acceptons aussi des formats différents (performances, ateliers, expositions…) pour celles et ceux qui souhaiteraient justement hybrider ces journées doctorales.

► Modalités
Les propositions d’intervention, de 300 à 500 mots, accompagnées d’un titre ainsi que d’une brève notice de présentation, sont à envoyer au comité d’organisation (contacts en encadré) avant le 21 février 2020. Les réponses parviendront aux intéressé·e·s au début du mois de mars. Ces journées doctorales donneront lieu à une publication numérique.

Mis à jour le 20 décembre 2019

  • Version PDF

Litt&Arts - Université Grenoble Alpes
CS 40700 - 38058 Grenoble cedex 9