Ce projet prend pour objet de recherche un lieu de fabrication d’outils pour le cinéma, l’usine Aaton et son inscription urbaine autour d’une rue du centre-ville ancien de Grenoble.
Composée d'anciens ateliers d'artisans, ce lieu a une portée esthétique qui véhicule un imaginaire : celui d’une petite fabrique du cinéma, visible et située au cœur d’une ville, imaginaire auquel a été sensible Jean-Luc Godard quand il s’est installé, avec sa société Sonimage, à Grenoble et qu’il passe commande à l’industriel d’un prototype de caméra qui serait adaptée à sa main. Cette figure de « L’usine à films » qu’a été Aäton à Grenoble nous semble être une entrée originale pour interroger les traces sensibles d’une des dernières usines de caméras mécaniques au monde comme point de départ d’une réflexion sur le cinéma, sur les relations entre fabricants et cinéastes, et sur les rapports entre les outils et les films.

Communications à venir

Une communication pour le workshop international Beyond Creative Cities: People, Places, Innovation. Le colloque, qui aura lieu à Nantes les 1 et 2 avril 2021, a pour objectif de réunir des chercheurs, des professionnels et des organisations publiques et privées et d’aborder les questions des modèles d’innovation, des relations entre activités artistiques et technologies digitales, de l’innovation territoriale et de la fabrique de la ville.

Publications à venir

Vincent Sorrel, « S’endormir tout contre la caméra et rêver », à paraître en 2021 dans Vincent Deville et Rodolphe Olcèse L’art tout contre la machine, aux éditions Hermann.
 
Le Cahier Louis Lumière consacre son prochain numéro à l’Histoire de la société Aaton, et dans lequel nous avons publié plusieurs articles sur nos recherches en cours :
- Vincent Sorrel, « Adieu la caméra. La 8-35 et les nuages de Passion », Cahier Louis Lumière, n°15, mars 2021.
- Vanessa Nicolazic et Vincent Sorrel, « De la 8-35 à l’Aaton 35 », Cahier Louis Lumière, n°15, mars 2021.
- Vanessa Nicolazic, « Voir le temps, le marquage en clair selon Aaton », Cahier Louis Lumière, n°15, mars 2021.
- Thomas Godefroy, « Jean-Pierre Beauviala dans les Cahiers du cinéma : récit de l'inventeur », Cahier Louis Lumière, n°15, mars 2021.
- Nicolas Tixier et Vincent Sorrel, « présentation du projet de recherche L’usine à films. Beauviala architecte », Cahier Louis Lumière, n°15, mars 2021.

Trois témoignages

- Bruno Carrière, « Le voyage des heureux hasards », Cahier Louis Lumière, n°15, mars 2021.
- Valentina Miraglia, « Une Aätonniène à Grenoble », Cahier Louis Lumière, n°15, mars 2021.
- Eric Hurtado, « Non pas filmer mais chanter avec une caméra », Cahier Louis Lumière, n°15, mars 2021.
- Vincent Sorrel, « Autour de l’intelligence d’une pièce. Rencontre avec Pierre Michoud et Eric Hurtado », Cahier Louis Lumière, n°15, mars 2021.

Publication 2020

- Vincent Sorrel, L’instant fatal où la lame se brise, dans Gilles Mouëllic et Antoine de Baecque, Godard/Machines, éditions Yellow Now, 2020
Mis à jour le 27 avril 2021