Présentation
Le centre de recherches Charnières regroupe une quinzaine d’enseignants-chercheurs, docteurs et doctorants. Il a pour vocation d’éditer, d’analyser, d’interpréter et de valoriser des textes et des pratiques culturelles qui ont émergé depuis les Lumières jusqu’à la période contemporaine, en tissant des liens entre les époques, les genres et les usages.

À tous ces niveaux de recherche sur les charnières littéraires, les membres du centre essaient de faire sentir les continuités qui trament une culture à travers les frontières souvent artificielles qu’instaurent les périodisations, les disciplines, les supports médiatiques. Ils s’efforcent toutefois également de donner de l’intelligibilité aux transformations, aux dilemmes, aux variations qui spécifient chaque moment, chaque lieu et chaque acteur au sein de ces évolutions culturelles. Les travaux des chercheurs – comme les charnières – visent justement à articuler des basculements et des bifurcations, tout en faisant tenir ensemble ce que des approches trop étroites tendent à séparer.

Un séminaire de recherches « Questions génériques, questions génétiques : vie des formes » (inscrit dans le parcours ALC) se tient depuis septembre 2019.
Ce séminaire s’intéresse à la vie des formes dans une perspective dynamique : le transfert d’un genre à l’autre ou d’un discours à l’autre sur le temps long de la création pose des questions d’intelligibilité, de recontextualisation, de possibilités herméneutiques encore insoupçonnées. C’est donc l’attention aux formes (leur devenir dans le temps, la dynamique de leur reconfiguration et leur dimension processuelle) qui constituera le noyau de cette réflexion, selon une perspective à la fois génétique et générique : génétique s’entend ici comme le processus de transformation qui fait passer d’une forme encore embryonnaire ou hésitante à une autre forme ou comme la remontée vers l’origine d’un genre en constitution. Il s’agira donc d’examiner l’idée de genre littéraire en termes de genèse. 

Cette réflexion s’organise selon les trois directions principales suivantes.

Approche normative, formelle 

Quels sont les traits distinctifs d’un genre littéraire ? Quels sont les critères qui le construisent comme tel et les contraintes qu’il impose? Y a-t-il dans le processus créatif des moments de réorientations génériques ?
Le manuscrit semble le lieu expérimental où les contacts entre les formes sont les plus fluides, avant qu’elles ne se constituent en genre, le moment de la pensée de l’œuvre où tous les genres se rencontrent, le lieu d’une mise au point embryonnaire au point de vue générique, (un journal personnel ou un journal de voyage peuvent, par exemple, être le support et la trace de la genèse d’un texte romanesque).
La génétique est donc ici entendue non pas seulement comme l’espace des brouillons – ce qu’on entend traditionnellement par « génétique » – mais celui des formes processuelles, en cours d’élaboration générique : « Nous n’aurons plus à expliquer rétrospectivement comment a été créé un texte qui a pris statut d’œuvre, mais à accompagner progressivement au fil du temps une production d’écriture en essayant de comprendre ses règles de fonctionnement. » (Philippe Lejeune, « Le journal : genèse d’une pratique », Genesis [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 17 septembre 2012, consulté le 18 août 2019)

Approche pragmatique

Qu’est-ce qui fait qu’un genre est reçu comme tel d’abord par l’écrivain lui-même face à son manuscrit ? À quel moment naît pour lui la conscience d’un genre littéraire ? Comment l’écriture acquiert-elle progressivement une densité générique ? 
La réception d’un texte suppose aussi une publicité, une diffusion de l’écrit dans un espace public et la nécessité d’exister dans le champ littéraire. Qu’est-ce qui participe à la reconnaissance d’un genre par le lecteur, quels sont les traits qui permettent de l’identifier comme tel pour les autres ? Comment un genre littéraire peut-il être associé à un genre (gender) ?

Approche historique

Il y a une histoire des genres : comment un genre se construit-il dans le temps ? Comment la notion de généricité évolue t-elle au cours de l’histoire de la littérature ?
La littérature se nourrit de textes plus anciens et chaque texte contient en lui-même sa possible réinvention : comment la réécriture des textes peut-elle opérer une reconfiguration générique et jouer avec les critères de genre ?
Mis à jour le 2 avril 2021