Distinction / PrixRecherche

Odile Chatirichvili, lauréate 2019 du prix “Jeune chercheur” de la Fondation des Treilles

le 11 février 2019
Odile Chatirichvili est doctorante en Littérature générale et comparée sous la direction d'Isabelle Krzywkowski (ISA) depuis septembre 2016.
Ce prix lui permettra de financer une partie de sa quatrième année de doctorat tout en bénéficiant d'une disponibilité de l'Éducation nationale, afin de pouvoir se consacrer à la rédaction de son manuscrit de thèse et d'un article (à paraître).

La Fondation des Treilles décerne cette aide à la recherche à des chercheur·euses français⋅es ou étranger⋅es âgé⋅es de moins de 35 ans, doctorant⋅es à partir de la 3e année de thèse ou post-doctorant⋅es, qui mènent leurs recherches en France. La sélection des dossiers est effectuée par un Conseil scientifique.

Synthèse de sa recherche

Récits de science, récits de soi : des autobiographies de mathématiciens dans la deuxième moitié du XXe siècle

Dans cette thèse, Odile Chatirichvili examine les aspects littéraires de la mise en récit de la pratique scientifique et de l’ancrage de la recherche dans les parcours biographiques, à travers l'étude comparée de textes autobiographiques, écrits en français et en anglais, par des mathématiciens.

Elle s’intéresse ainsi aux étapes « incontournables » de ces récits, pour en dégager d’éventuels éléments invariants mais aussi les spécificités (relevant du contexte historique, de la trajectoire individuelle, du rapport subjectif aux mathématiques). Par une analyse linguistique et stylistique, elle décrit l’articulation entre le biographique (mise en récit incarnée) et le mathématique (discipline abstraite fondée sur une formalisation qui la distingue de la « langue commune »). Cette articulation est caractérisée par l’agencement de divers types de discours (formels, narratifs, vulgarisation) et divers matériaux et documents (textes extérieurs, images).

Elle fait l’hypothèse que ces textes développent un discours « de l'intérieur », mettant en forme une expérience vécue mais pas toujours visible : là où les textes scientifiques « cachent » les traits de construction des découvertes, le récit de vie est susceptible de replacer théorèmes et concepts dans un parcours de recherche articulé au vécu individuel et aux structures collectives. Il s’agit d’examiner comment l’autobiographie, destinée à un public plus large que la seule communauté mathématique, pense et met en œuvre la transmission à ce public d’une certaine réalité de ce que sont le travail et la pensée mathématiques.
Mis à jour le 7 février 2022