Recherche

Le projet DHAF, « Dante d’hier à aujourd’hui en France », lauréat d’une ANR – PRC au titre de l’appel à projets génériques 2020, est porté pour l'UGA par Filippo Fonio, membre de Litt&Arts – ISA. En voici un aperçu…
Seul projet littéraire à avoir été sélectionné lors de cette campagne, le projet DHAF sera donc financé sur une durée de 42 mois, de janvier 2021 à juin 2024. Porté par un consortium de quatre universités, il a pour coordonnateur scientifique Philippe Guérin, de l’Université Sorbonne Nouvelle (volet « Réception lettrée, savante et scolaire »). Les autres partenaires sont l’Université Rennes 2 (responsable scientifique Claudia Zudini ; volet « Traduction, histoire du livre »), l’Université Côte d’Azur (responsable scientifique Giulia Puma ; volet « Réception en images »), l’Université Grenoble Alpes (responsable scientifique Filippo Fonio ; volet « Dante “pop” / Imaginaires dantesques » et coordination opérationnelle).

Ce projet a pour objet la réception en France de l’œuvre de Dante (1265-1321), systématiquement explorée sous toutes ses facettes depuis l’origine jusqu’à nos jours. Il va permettre à la recherche française de contribuer avec une visée propre au vaste mouvement que va susciter à travers le monde le 700e anniversaire de la mort de ce « monument » du patrimoine littéraire mondial.

Cette réception française n’a jamais fait l’objet d'études globales. Limitée presque exclusivement à la Divine Comédie, elle a laissé de côté les œuvres « mineures » (Vie nouvelle, Banquet, Rimes, De vulgari eloquentia, Monarchia…). Même pour l’œuvre majeure, les études sont restées circonscrites. Le champ le mieux balisé, celui des traductions, demande à être complété et envisagé sous l’angle traductologique. L’examen de la réception littéraire s’est beaucoup cantonné au XIXe siècle. D’autres pans restent largement à explorer : arts visuels, culture « pop médiévaliste », réception savante.

DHAF se propose donc de croiser ce qui relève des champs plus traditionnels que sont la littérature et les beaux-arts avec des domaines plus négligés ou jamais vraiment examinés, tels la réception savante, académique, scolaire, jusqu’aux appropriations « populaires ». Des avancées sur l’appréciation de la réception, tant sectorielle que globale, sont attendues de tels décloisonnements et « frottements ».

Les états des lieux produits, aussi complets que possible, seront rendus accessibles sous forme numérique sur la base de données DHAF. Une série de rencontres scientifiques, interdisciplinaires et destinées à aboutir à autant de publications permettront de confronter les regards et les avancées. Cela se fera aussi en dialogue avec d’autres traditions, l’italienne en particulier.

Les responsables du projet auront enfin le souci constant de partager pleinement les fruits de leurs investigations et réflexions avec des publics divers, rendus eux-mêmes acteurs pour l’occasion : lycéens, étudiants de premier et deuxième cycle, « grand public ». Animations, « performances », conférences, expositions (virtuelles et physiques), écoles d’été, etc. scanderont leur programme de recherche.

Le centre de recherche ISA – Litt&Arts, en collaboration avec d’autres centres, coordonnera de 2021 à 2024 une série d’initiatives liées à l’ANR DHAF : des séminaires, colloques, journées « grand public » et pour les écoles des écoles d’été (en collaboration avec l’Université de Lausanne), en particulier sur les thématiques de l’imaginaire dantesque, de la traduction et du médiévalisme. Des étudiants des autres universités partenaires viendront faire un stage à Grenoble dans ce même cadre. L’équipe qui assurera la direction opérationnelle du projet, notamment en lien avec l’équipe ELAN (Équipe Littératures et Arts Numériques de Litt&Arts), sera également en charge de la modélisation des données et du data management plan de l’ANR DHAF, et opérera l’intégration de la base de données du projet à la bibliothèque numérique de « Fonte Gaia », dont le pôle grenoblois est associé à Litt&Arts.
Mis à jour le 31 mai 2021