SéminaireRecherche

François Tissard pédagogue. L’enseignement du grec ancien en France au début du XVIe siècle ou faut-il connaître la grammaire avant d’aborder les textes ?

le 9 décembre 2022
10h30 - 12h30
Cinquième séance du séminaire TRANSLATIO avec l'intervention de Malika Bastin-Hammou (UMR Litt&Arts).
L’enseignement du grec ancien en France commence véritablement à la fin du XVe siècle dans le cadre de cours privés dispensés par des émigrés byzantins qui utilisent comme supports des manuscrits de leur possession puis les éditions aldines récemment imprimées de grammaires et d’auteurs anciens. L’année 1507, qui voit la publication des premiers livres grecs à Paris, marque un tournant. Le corpus d’ouvrages grecs imprimés en France à destination des apprentis hellénistes augmente alors rapidement, pour culminer pendant la période qui va de la création des lecteurs royaux de grec (1530) et celle des imprimeurs royaux pour le grec (1539), au départ des nombreux hellénistes français réformés.

Comment les ouvrages imprimés en France au début du XVIe siècle à destination des apprentis hellénistes étaient-ils utilisés ? Que nous apprend le corpus des textes et des paratextes qui les accompagnent sur les pratiques pédagogiques des premiers professeurs de grec sur le sol français ? Il s’agira ici plus précisément de se demander si, pour ces professeurs, il vaut mieux débuter l’apprentissage de la langue par celui de sa grammaire ou bien par la lecture des textes dans lesquels elle s’incarne ; faut-il privilégier la connaissance de la norme, ou celle de l’usage par la pratique des textes – et quelle forme prend cette pratique ? À partir de l’analyse des premiers volumes grecs imprimés en France par Gilles de Gourmont et François Tissard, il s’agira de montrer que l’enseignement proposé par ces précurseurs est à bien des égards innovant.

Répondante : Isabelle Cogitore

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Maison des Langues et des Cultures
Salle des Conseils
Mis à jour le 5 décembre 2022