Recherche

Le programme Collimateur entend rendre visible un type de discours consacré aux films, qui, s’il innerve les recherches et l’enseignement cinématographiques, échappe non seulement à une définition claire mais aussi à une histoire qui permettrait d’appréhender sa constitution et son développement : l’analyse esthétique des films.
Cette recherche fédère des équipes de plusieurs universités françaises (Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, Amiens - UPJV, Toulouse - Jean-Jaurès), et a pour partenaire institutionnel privilégié la Cinémathèque française.
 
Collimateur, c’est à la fois : 

Une histoire 

Émergeant avec l’introduction des études cinématographiques à l’Université au début des années 1970, l’analyse esthétique des films s’est ensuite transformée, apparaissant jusqu’à aujourd’hui sous des formes plurielles, disparates, par ailleurs disséminées dans des lieux divers (revues spécialisées ou non, ouvrages, mémoires et thèses mais aussi documentaires, conférences filmées consacrées à des films…). Après une cinquantaine d’années de pratiques multiples, il semble nécessaire d’en faire l’archéologie, en en traçant les grandes lignes de force, et ainsi réintroduire de la cohérence dans « un système de dispersion » (Michel Foucault).

Si l’ambition, à terme, est de mener un programme de recherche au long cours (l’histoire de l’analyse sur cinq décennies), l’équipe se consacre actuellement aux seules années 1980 – décennie où l’analyse filmique se démarque progressivement de l’approche sémiologique.

Une réflexion épistémologique

Dépouillant systématiquement tout ouvrage et toute revue de cinéma (et certaines hors de ce périmètre) de langue française parus pendant cette période, les participants au projet constituent un corpus inédit et procèdent à l’analyse des discours, afin de cerner les définitions plurielles de l’analyse esthétique du film. Le repérage s’étendra dans un deuxième temps aux documents audiovisuels.

Des séminaires

Cette double entreprise d’histoire et de réflexion analytique est ponctuée de séminaires croisés :

Séminaire « Histoire et historiographie de l’analyse esthétique de films » 

Trois séances annuelles, à Grenoble (Maison de la Création et de l’Innovation), Paris (Maison de la Recherche, Paris 3) et Amiens (Université de Picardie Jules-Verne, UFR des Arts). 
Les membres de l’équipe font le point sur les textes lus et retenus. La confrontation des points de vue permet de distinguer les différentes formes, d’en montrer parfois le caractère hybride, et d’en esquisser progressivement une histoire.

Séminaire « Analyses d’analyses »

Trois séances annuelles, à Grenoble (Maison de la Création et de l’Innovation, campus universitaire), Paris (Cinémathèque française) et Amiens (Université de Picardie Jules-Verne, UFR des Arts).
Deux invités (universitaires, critiques…) par séance présentent un texte méconnu. 

Une base de données 

« Anna-Lise » est un outil participatif et inédit conçu en collaboration avec l’équipe d’ingénierie informatique ELAN. Actuellement en phase de tests, elle permettra de divulguer un corpus susceptible d’intéresser un public de chercheurs, de pédagogues et d’étudiants en donnant accès à : 
  • une bibliographie raisonnée et organisée des analyses de films. Qui sera suivie, à terme, d’une filmographie (documentaires sur des films, ou tout type de document audiovisuel témoignant d’une forme d’analyse esthétique) ;
  • une anthologie de textes directement accessibles (et indexés sur un référencement inédit, par motifs, procédés techniques…), ainsi qu’à des commentaires de ces textes menés par des spécialistes ;
  • un outil de veille sur l’actualité de l’analyse filmique ;
  • un lieu de publication : réflexions sur l’analyse, études de cas, mais également des analyses inédites ;
  • un lieu de production de films d’analyse.

Participants

  • Litt&Arts : Guillaume Bourgois, Pierre Jailloux, Martial Pisani, Jean-Baptiste Renault, Vincent Sorrel
  • IRCAV (Sorbonne Nouvelle) : Emmanuel Siety
  • PLH (Toulouse - Jean-Jaurès) : Corinne Maury
  • CRAE (Picardie Jules-Verne) : Pierre Eugène, Philippe Fauvel
  • Cinémathèque française : Laurence Lécuyer
Mis à jour le 3 mai 2021