Le projet « Reportage, littérature et politique » se propose d’étudier les pratiques d’écriture situées à la lisière de la littérature et du journalisme, dans une perspective transnationale.
Le projet « Reportage, littérature et politique » se propose d’étudier les pratiques d’écriture situées à la lisière de la littérature et du journalisme, dans une perspective transnationale. Désignées par des appellations variées dans les différentes langues (reportage, literary/narrative journalismnon-fiction novel, crónicareportażliteratura fakta, etc.), ces pratiques jouissent d’un succès remarquable dans les littératures contemporaines et de l’extrême contemporain. Nous souhaitons dynamiser et fédérer les études sur le reportage qui restent, à l’heure actuelle, cloisonnées (dans leurs aires culturelles) ou alors limitées aux transferts depuis le domaine anglo-américain. L’observation et l’analyse des traditions et pratiques du reportage dans différentes aires culturelles, débouchera sur une archéologie du reportage contemporain, attentive à la dimension politique qui en est constitutive. Le reportage est, en effet, habité par l’idéal d’une littérature transitive et performative, articulant la saisie du — et l’intervention dans — le réel. Sa forte résurgence aujourd’hui est fondamentale pour comprendre notre présent. 
 
Dans le cadre de ce projet un colloque international intitulé « Raconter, décrire, intervenir : la politique du reportage » s’est tenu à Grenoble du 30 janvier au 1er février 2020, organisé par Laurent Demanze, Anne-Marie Monluçon et Anna Saignes. Les participants ont proposé des contributions consacrées à quelques grandes figures de reporter (K. Pruszyński, E. Poniatowska, R. Kapusciński, J. Hatzfeld, J. Rolin,), aux phénomènes d’hybridation entre reportage et roman (chez J.-P. Sartre et dans Paris Match), à la naissance de la pratique au XIXe siècle, aux reportages écrits par des femmes ou encore ses manifestations extra-contemporaines. Les actes du colloque seront publiés dans la revue de l’UMR Litt&Arts, Recherches & Travaux (n° 98/ juin 2021).
 
Le projet est porté par Anna Saignes, maîtresse de conférences HDR en littérature générale et comparée. Il associe Laurent Demanze, Professeur de littérature française et Anne-Marie Monluçon, maîtresse de conférences en littérature générale et comparée. Les trois chercheurs sont membres du centre ECRIRE de l’UMR Litt&arts. Ils collaborent étroitement avec John Bak, Professeur de littérature américaine à l’Université de Lorraine, Beata Nowacka, Professeur de littérature polonaise à l’Université de Katowice (Pologne) et Urszula Glensk, Professeur de journalisme à l’Université de Wrocław (Pologne). Les collaborations internationales seront prochainement élargies.
 
Le projet s’inscrit dans les travaux de l’axe « Traduction, transmission, réception des textes littéraires », un des quatre axes de l’UMR Litt&arts.
 
Le projet est financé par l’IDEX Université Grenoble Alpes dans le cadre du dispositif « Initiatives de recherche stratégique » (Projet exploratoire et émergent).

 
Mis à jour le 1 avril 2021