ColloqueRecherche

Guillaume Cretin, écrivain polygraphe

12 janvier 2023 - 13 janvier 2023
14h00 - 17h30 le 12/01
9h00 - 16h30 le 13/01
Ce colloque international, organisé dans le cadre du projet CreNum, au sein de l’axe 1, propose de réfléchir à la variété des facettes de l’œuvre de Guillaume Cretin, écrivain polygraphe au croisement du Moyen Âge et de la Renaissance.
Sous les règnes de Louis XII et de François Ier, Guillaume Cretin fut poète de cour, épistolier, historiographe, chanoine et trésorier à Vincennes, chantre de la Sainte Chapelle, mais aussi aumônier ordinaire du roi. Comptant parmi les plus illustres écrivains de son temps, reconnu comme pair ou maître par des auteurs tels Jean Molinet, Jean Lemaire de Belges, Geoffroy Tory ou encore Clément Marot, « Cretin qui tant scavoit » (selon l’épitaphe de La Suite de l’Adolescence clémentine) a sans doute le plus pâti du mépris dont ont longtemps souffert les Rhétoriqueurs. L’édition partielle et partiale de sa Chronique françoyse, par Henry Guy, au début du XXe siècle, en est l’exemple le plus spectaculaire – heureusement équilibré par la solide édition de ses œuvres poétiques offerte par Kathleen Chesney. C’est surtout en tant que virtuose de la rime équivoquée qu’il semble frappé par le dédain associé aux Rhétoriqueurs et aux formes les plus exubérantes de la métrique. Le regain des études sur ce groupe d’auteurs mal nommés, depuis les années 1970, et en particulier l’étude fondamentale de François Cornilliat sur la valeur de ces ornements n’y ont suffi : contrairement à ses homologues bourguignons ou à d’autres écrivains de cours tels La Vigne, Gringore ou Jean Marot, seule une poignée d’études est consacrée à Cretin. 
 
Pourtant, il n’est pas rare de croiser son nom ou bien un aspect de sa production dans des monographies aux sujets très différents : sur la poésie mariale (Gérard Gros et Denis Hüe), la déploration funèbre (Christine Martineau-Genieys), le genre épistolaire (Pauline Dorio) ou encore l’historiographie (Colette Beaune). Ce relevé souligne la variété de la production de Cretin, et signale également, à chaque fois, son rôle fondamental au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance, que ce soit en marquant d’une empreinte humaniste la poésie des Puys, en renouvelant la poésie funèbre dans un sens chrétien, en figurant parmi les fondateurs du genre épistolaire en poésie ou encore en synthétisant nombre de symboles de la monarchie française, établis au Moyen Âge, dans la chronique qu’il rédige pour le jeune François Ier. Par bien des aspects de son œuvre, Guillaume Cretin apparaît donc comme une figure essentielle pour comprendre les transformations et explorations littéraires du début du XVIe siècle. C’est pourquoi cette journée d’étude propose, pour la première fois, non seulement de placer cet auteur au centre des études, mais aussi de considérer l’ensemble de son œuvre, des plus brefs rondeaux aux cinq livres de la Chronique françoyse, tout en abordant ses rapports avec le théâtre, la musique ou les autres arts.

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
MSH-Alpes
Amphithéâtre
Mis à jour le 3 janvier 2023