Contenu | Navigation |

Suivez-nous

Vous êtes iciJOURNéE D'éTUDE

Journée d'étude

Photographie de Nazim Djemaï, par Mohamad Reza Zandian.
Photographie de Nazim Djemaï, par Mohamad Reza Zandian.
Journée d'étudeRecherche

Nazim Djemaï : une constellation filmique (en hommage à Nazim Djemaï – 1977-2021)

le 29 septembre 2021
8h30 - 17h00
Cette journée d'étude, organisée par CINESTHEA, abordera le travail artistique et filmique du cinéaste Nazim Djemaï.
Nazim Djemaï, né en 1977 à Leningrad en Russie, a notamment vécu et travaillé à Alger et en France. Il a réalisé deux longs métrages documentaires particulièrement remarqués : Nawna (je ne sais pas) (2007) et À peine ombre (2012). Le premier a été réalisé à Cambridge Bay, ville de l’Arctique canadien où vit une communauté inuite, le second à la Clinique de La Borde (alors dirigée par le docteur Oury). Son seul film de fiction mené à son terme est le très beau court-métrage La Parade de Taos (2009).

Le travail artistique et filmique de Djemaï est en réalité beaucoup plus ample, avec de nombreuses ramifications possibles. Il s'agira ainsi d'étudier l'implication de ses différentes expérimentations tournées en pellicule ou en vidéo, ainsi que ses travaux photographiques et écrits, afin d'approcher ses différents chantiers, dont certains étaient en cours de création, dans toutes leurs implications poétiques autant que politiques.

// Journée d'étude organisée par Robert Bonamy, David Yon et Ikbal Zalila dans le cadre du programme de recherche « Zones politiques et poétiques du cinéma : Recherche/Création » coordonné par Aude Fourel, Didier Coureau et Robert Bonamy (CINESTHEA) //

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
MaCI
339 Avenue Centrale
Salle de projection 220 et Auditorium
Mis à jour le 14 septembre 2021
Journée d'étudeRecherche

Lugné-Poe – Nouvelles approches, nouvelles archives

le 18 juin 2021
10h00 - 18h00
L'objectif de cet atelier co-organisé par CINESTHEA est de ré-envisager la place du fondateur du Théâtre de l’Œuvre dans l’histoire et l’historiographie de la mise en scène.
Cet atelier de travail et de discussion, organisé par Alice Folco (UMR Litt&Arts, Université Grenoble Alpes) et Sophie Lucet (CERILAC, Université de Paris), en partenariat avec la SACD et la Société d'Histoire du Théâtre, aura lieu sous forme de présentations d'archives, inédites ou peu exploitées.

L'objectif des échanges est de ré-envisager la place du fondateur du Théâtre de l’Œuvre dans l’histoire et l’historiographie de la mise en scène, en France et en Europe, et plus largement dans la vie théâtrale avant et après la guerre de 14-18.

Les différentes archives présentées contribueront ainsi à essayer de cerner les différentes facettes de celui qui préférait se définir comme « homme de théâtre » plutôt que comme metteur en scène : acteur, auteur, régisseur, organisateur de spectacles, directeur de théâtre, tourneur, éditeur de revue, critique dramatique, etc.

En pratique

En raison de la situation sanitaire, le nombre de places est limité, une inscription est donc conseillée auprès de Alice Folco et Sophie Lucet.

Localisation

SACD
Auditorium de la Maison des Auteurs
7 rue Ballu
75009 Paris
Mis à jour le 11 juin 2021
Journée d'étudeRecherche

Le questionnement des valeurs dans les manuels de français de collège

le 22 juin 2021
9h30 - 16h00
L'objectif de cette journée, organisée par LITEXTRA, sera d’examiner les liens entre la lecture littéraire et l’enseignement civique et moral dans les manuels de français de collège mettant en œuvre les programmes de 2015.
Cette journée d’étude propose d’examiner les liens entre la lecture littéraire et l’enseignement civique et moral dans les manuels de français de collège mettant en œuvre les programmes de 2015. Ces derniers associent explicitement l’étude de la littérature à la formation de la personne et organisent son enseignement à travers de grandes entrées thématiques universalistes à portée éthique. Parallèlement, le programme d'enseignement moral et civique (EMC), pour l'école et le collège, accorde une place inédite à l'éducation à la sensibilité, ce qui a pour corrélat une attention renouvelée à l'expression artistique des émotions, ainsi qu'aux récits fictionnels pour questionner les valeurs.

L’hypothèse a été faite que les manuels de collège de 2016 inaugureraient une nouvelle période dans l’histoire des liens entre l’enseignement de la littérature et l’enseignement civique et moral, qui serait désormais marquée par un « substantialisme faible » (Prairat, 2016), abordant le fait moral plutôt en termes de perplexité et de questionnement ouvert. Ils porteraient davantage attention à la subjectivité lectrice comme l’indice d’une perception de valeurs et comme une propédeutique au questionnement moral et civique. Désormais, le mouvement général pourrait être d’assigner davantage au questionnement empathique et raisonné des textes, le rôle de développer l’imagination, la sensibilité et la réflexion morales et civiques.

Il a été proposé à différents contributeurs d’examiner cette hypothèse à l’aune d’un corpus de 6 collections de manuels de collège des éditeurs Belin, Hachette, Hatier, Magnard, Nathan et Le Robert.

En pratique

Journée d'étude organisée en visioconférence avec Zoom : voir le lien sur le programme.

Localisation

À distance
Mis à jour le 4 juin 2021
Journée d'étudeRecherche

Florent Chrestien, écrivain, traducteur et penseur humaniste

10 juin 2021 - 11 juin 2021
15h30 - 18h00 le 10/06
9h30 - 16h00 le 11/06
Inscrites dans le cadre de l'ANR IThAC qui porte sur les paratextes aux éditions des auteurs de théâtre antique, ces journées organisées par TRANSLATIO auront pour objet la contribution atypique et hétérogène de Florent Chrestien aux études humanistes.
Proche de Joseph Scaliger, un temps ennemi de Ronsard, précepteur d'Henri de Navarre, Florent Chrestien tient une place de choix dans la vie intellectuelle et politique de la fin du XVIe siècle. Pourtant, si la critique littéraire en France s'est intéressée à lui, c'est surtout, et presque uniquement, pour son rôle dans la rédaction de la Satire Menippée, où il s'en prend avec virulence à Ronsard sous le pseudonyme de La Baronie. Bien que sa contribution à la tradition classique ait été peu étudiée, Florent Chrestien est très loin d'être l'homme d'une seule œuvre : il a commenté Catulle, Tibulle, Properce, et il est l'auteur de traductions aussi bien en latin qu'en français et en grec ancien.

Or son œuvre de traducteur et commentateur du théâtre antique est surprenante : elle entre en contradiction avec la tendance d'un siècle qui se concentre sur un petit répertoire de comédies et de tragédies dont beaucoup sont encore aujourd'hui nos « références ». Dans les dernières décennies du XVIe siècle, il traduit aussi bien des comédies que des tragédies, et ses choix sont toujours des plus inattendus : Les Sept Contre Thèbes d'Eschyle, Paix d'Aristophane, Philoctète de Sophocle, Andromaque d'Euripide paraissent entre 1585 et 1594. Par la suite, Le Cyclope d'Euripide et Les Guêpes et Lysistrata d'Aristophane paraissent de façon posthume en 1605 et 1607. Chrestien a également traduit en français Jephté et Le Cordelier de George Buchanan, et en latin la Vérité fugitive de Rémy Belleau. Enfin, en véritable homo trilinguis, il a également traduit Catulle en grec.

Son œuvre de traducteur va de pair avec un travail philologique sur les textes : ses traductions d'Andromaque d'Euripide, de la Paix d'Aristophane, du Cyclope d'Euripide sont suivies de commentaires aux textes. Il est l'auteur d'un commentaire des Phéniciennes de Sénèque, et commente également les poètes élégiaques latins, Apollonios de Rhodes, et édite une partie des épigrammes de l'Anthologie grecque. Ses choix de traduction, comme il en témoigne dans ses préfaces, ont bien souvent une origine politique, et doivent se lire en écho à l'irénisme qui marque la fin du siècle. Les commentaires qui accompagnent ses traductions latines mêlent des réflexions politiques aux conjectures philologiques sur les textes. Les travaux de Florent Chrestien sur les auteurs antiques se sont attiré la reconnaissance des humanistes parmi les plus réputés : à sa mort, Isaac Casaubon se charge de faire imprimer sa traduction du Cyclope d'Euripide, et Emile Porte fait imprimer deux de ses traductions d'Aristophane, Les Guêpes et Lysistrata, avec une réimpression de la Paix en 1607. Si la contribution de Scaliger et Casaubon aux études classiques a fait l'objet d'études, le travail de Florent Chrestien, malgré son immense variété, n'a attiré jusqu'à aujourd'hui que peu d'attention. L'objet de ces journées, inscrites dans le cadre de l'ANR IThAC qui porte sur les paratextes aux éditions des auteurs de théâtre antique, sera ainsi de se pencher sur la contribution atypique et hétérogène de Florent Chrestien aux études humanistes, afin de rendre à ce savant et à ses travaux leur place au sein du réseau humaniste des dernières décennies du XVIe siècle.

En pratique

Journées également accessibles en ligne : lien Zoom sur demande auprès de Alexia Dedieu ou via ce lien.

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Maison des Langues et des Cultures
Salle des Conseils
Mis à jour le 18 mai 2021
Journée d'étudeRecherche

La didactique des langues anciennes

le 18 juin 2021
10h00 - 16h00
Cette journée de recherche en didactique des langues et cultures de l'Antiquité est organisée par TRANSLATIO dans le cadre du projet ELLASS.
Le projet ELLASS (« Enseigner Les Langues Anciennes dans le Secondaire et le Supérieur ») a pour objectif de réfléchir à l’histoire de l’enseignement des langues anciennes depuis l’Antiquité et de mener des recherches innovantes en didactique des langues anciennes, dans le sillage des projets Fabula Agitur et PEGASE (« Parler le Grec Ancien Sans Effort »).

La journée d'étude du 18 juin 2021 se déroulera en deux temps : le matin sera consacré plus spécifiquement aux méthodes actives dans l'enseignement du grec ancien et posera la question de la prononciation adoptée dans les classes, avec la conférence de Théo Polychronis. L'après-midi consistera en un temps de jeux en latin et en grec, puis en une réflexion sur les intérêts du recours aux jeux pour la pratique de l'oral et sur l'apport spécifique de tel ou tel jeu.

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Maison des Langues et des Cultures
Salle des Conseils
Mis à jour le 7 mai 2021
Journée d'étudeRecherche

Dérèglements du temps

18 mai 2021 - 19 mai 2021
9h30 - 16h00 le 18/05
9h30 - 12h30 le 19/05
Ces journées, organisées par les doctorant·es de Litt&Arts, fourniront l’occasion de s’interroger sur la façon dont les œuvres d’art montrent, disent ou font vivre ces dérèglements du temps.
L’invitation à interroger le phénomène des dérèglements du temps et ses manifestations dans l’œuvre d’art tâche de prendre acte de la difficulté douloureuse de nos sociétés à saisir le temps dans son épaisseur réelle. Car c’est cette difficulté que viennent refléter, en l’exagérant et en la caricaturant parfois, pour mieux la penser, les différentes formes d’art. Les arts se saisissent de la question du temps à la fois sur le plan thématique, dans la représentation d’une société déboussolée en perte de repères temporels ; et sur le plan technique – par des bouleversements qui peuvent opérer, selon les œuvres, sur les plans narratologique, linguistique, poétique, ou encore dramaturgique. Ces journées fourniront alors l’occasion de s’interroger sur la façon dont les œuvres d’art montrent, disent ou font vivre ces dérèglements du temps. Elles seront aussi le lieu d’envisager, sur le plan méthodologique, avec quel regard, et selon quels outils les chercheurs des sciences humaines peuvent tenter d’appréhender la matière temporelle malmenée de telles œuvres.

En pratique

Journées organisées en visioconférence avec Zoom : se connecter.

Localisation

À distance
Mis à jour le 30 avril 2021
Journée d'étudeRecherche

Corpus et généricité

le 18 mai 2021
14h00 - 17h30
Cette journée d’étude se propose de présenter les projets conduits en collaboration entre les axes 1 de Litt&Arts et du LIDILEM. Elle sera l’occasion de confronter les méthodes de caractérisation des genres et des formes littéraires en croisant approches poéticiennes, rhétoriques, stylistiques et linguistiques.

Programme

14h00 – Introduction (Delphine Gleizes et Iva Novakova) (5 min)

Présentations

14h05 – « Phraséologie et genres textuels : le cas du roman médiéval (Projet Formules) »
Corinne Denoyelle / Julie Sorba / Olivier Kraif (15 min)
 
Discussion – 10 min
 
14h30 – « Phraséologie du genre épistolaire (Projet PhraséoCorr) »
Cécile Lignereux / Julie Sorba / Iris Fabry (doctorante) (20 min)
 
Discussion – 10 min
 
15h00 – « ENCHRE / Phraséobase : un exemple de synergie »
Bernard Roukhomovsky / Elodie Dufour / Julie Sorba (20 min)
 
Discussion – 10 min
Pause – 20 min

Perspectives 

15h50 – « La forme versifiée du dialogue dans les genres narratifs (XVe-XVIIe siècles) »
Pascale Mounier et Corinne Denoyelle (15 min)
 
Discussion – 10 min
 
16h15 – « De la Science-Fiction à l’anticipation : aux origines d’un genre »
Delphine Gleizes / Claire Barel-Moisan / Iva Novakova (20 min)
 
Discussion – 10 min

Conclusion

En pratique

Journée organisée en visioconférence avec Zoom : se connecter.
> ID de réunion : 954 5476 4832
> Code secret : 649036

Localisation

À distance
Mis à jour le 30 avril 2021
Journée d'étudeRecherche

Donjons & labo : les lieux du jeu

le 17 mai 2021
9h00 - 17h00
Fruit d'une collaboration entre doctorantes et chercheuse du laboratoire, cette deuxième journée consacrée au jeu de rôle se propose d'étudier l’environnement du jeu et sa matérialité.
Qu’est-ce qu’un jeu ? Qu’est-ce qu’un rôle ?

Voici les questions par lesquelles nous introduisions la première édition de « Jeu de Rôle : Jouer des Rôles » organisée en février 2020 à l’Université Grenoble Alpes. Au carrefour du rôle, se sont rencontrés plusieurs acteurs du jeu. Les variantes du jeu de rôle investissement plusieurs types de média : le jeu-vidéo, le cinéma, les fora, le jeu de rôle grandeur nature, le théâtre, les simulations en milieu professionnel, et enfin les immersions historiques. La transfiguration du rôle dans ces multiples dispositifs a fait émerger, au sein de nos partages durant cette journée, une kyrielle de questionnements qui se sont poursuivis sur le terrain fertile d’un carnet de recherches. Donjons et Laboratoires se rencontrent, dialoguent, construisent un champ de recherche si vaste qu’une seconde session est devenue nécessaire afin de développer nos réflexions sur un sujet encore peu abordé dans la recherche en sciences humaines et sociales en France.

Comment, avec l’avènement du numérique, les différentes applications mises en valeur modifient-elles notre conception du Jeu ? Alors que le monde est traversé par la crise de grande ampleur d’une pandémie, retranchant les joueurs derrière leurs ordinateurs, la conception du jeu est-elle durablement impliquée vers une totalité numérique ? Qu'obtient-on si l'on compare nos jeux concurrentiels classiques, nos jeux de coopération et nos jeux asymétriques (un joueur, dit « maître du jeu » face au reste du groupe) ? Entre jeu compétitif et jeu de coopération, l'espace ludique devient un lieu d'appropriation des territoires et des savoirs. Cet espace implique une connaissance du lieu et des normes structurant le jeu.

Par ce prisme, on peut se questionner également sur la finalité du jeu : joue-t-on pour s'amuser ou pour amuser ? D'une activité relevant souvent d'un espace privé, où le seul public est l'ensemble des joueurs à la fois acteurs et observateurs de leurs propres adhérences aux règles, à l'ouverture publique, nous découvrons une nouvelle forme de spectacle ludique. Le jeu marqué par les innovations médiatiques et les inventions de systèmes ludiques offre de nouvelles perspectives sur son rôle et les enjeux sociaux qu'il implique.

En pratique

Pour suivre cet événement organisé en ligne cliquez sur ce lien.

Localisation

À distance
Mis à jour le 26 avril 2021
Journée d'étudeRecherche

Rentrée de la recherche du Moyen Âge interdisciplinaire à Grenoble

le 23 septembre 2020
9h00 - 16h00
Organisée par des doctorantes de l'UMR Litt&Arts, cette journée sera l'occasion de découvrir les recherches récentes d'une partie des médiévistes grenoblois·es.
À cette occasion vous sera proposée la conférence inaugurale de Pierrette Paravy, Professeur honoraire d'Histoire du Moyen Âge à l'Université Grenoble Alpes : « Aux origines des “chasses aux sorcières” de lʼépoque moderne : les procès dauphinois du 15e siècle ».

Le reste de la journée sera consacrée à la présentation de travaux récents des médiévistes grenoblois·es et à des temps d'échange.

À noter que cette journée est organisée dans le strict respect du protocole sanitaire recommandé par l'UGA. Le port du masque sera donc obligatoire tout au long de l'événement et du gel hydroalcoolique sera disponible à l'entrée de la salle.


Retrouvez plus d'informations sur les activités des médiévistes grenoblois·es sur MAiGRE (Moyen âge interdisciplinaire à Grenoble), le carnet fédérant les recherches menées par les spécialistes du Moyen Âge issus de diverses disciplines travaillant dans les laboratoires de l’Université Grenoble Alpes.

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Bâtiment Stendhal
Grande salle des colloques (4e ét., aile G)
Mis à jour le 21 avril 2021
Journée d'étudeRecherche

L’hybridité : pratiques et perspectives

29 septembre 2020 - 30 septembre 2020
Pour la cinquième année consécutive, les doctorant·e·s de l'UMR Litt&Arts organisent leurs journées doctorales avec comme nouvel axe de recherche : “L’hybridité : pratiques et perspectives”.
La notion d’hybridité et son emploi dans la recherche en littérature et en arts ne cessent d’interroger, comme le soulignent les séminaires, journées d’étude ou revues qui lui ont été consacrés ces dix dernières années. Issu du domaine de la biologie, le terme « hybride » signifie initialement, selon le Petit Robert, ce qui « provient du croisement de variétés, de races, d’espèces différentes ». Venant du latin hybrida, qui signifie « bâtard, de sang mêlé », le mot évoque l’impureté, voire le monstrueux. Par extension, « hybride » désigne communément ce qui est « composé de deux éléments de nature différente anormalement réunis » et ce qui « participe de deux ou plusieurs ensembles, genres, styles ». Si la notion d’hybridation se concentre sur le processus en lui-même, le terme d’hybridité nous invite, lui, à considérer également le résultat de ce croisement.

On le voit, le terme d’hybridité est étymologiquement lié à la transgression de la norme, à ce qui s’écarte de l’ordre naturel. Mais il peut aussi facilement recouvrir une signification plus vague de « mélange », au même titre que d’autres notions fréquemment employées dans la recherche en littérature et en arts, telles que celles d’hétérogénéité, de disparate ou encore de métissage.

Il s’agira donc de réfléchir à la pertinence et à la valeur heuristique de l’emploi de cette notion d’hybridité, issue des sciences, dans les domaines littéraires et artistiques. Cela permettra à la fois d’en préciser les significations, dans la recherche comme dans la pratique, d’en déplier les présupposés et les implications, tant sur le plan scientifique et artistique que philosophique et politique, et d’en étudier enfin les formes d’expression, en arts et dans la littérature. Ces journées seront donc l'occasion pour les jeunes chercheur·ses en littérature et en arts de réfléchir à leur propre objet de recherche sous l’angle spécifique de l’hybridité, afin de mesurer les apports, les décalages, et les nouvelles perspectives ouvertes par une telle démarche.

En pratique

Inscription obligatoire aux différentes sessions.
 

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Maison des Langues et des Cultures
Salle Jacques Cartier
Mis à jour le 21 avril 2021

Pages